Scylla, la nymphe devenue monstre

Posted on
Unknow Artist

Non loin de Charybde, une autre terrible créature attaquait sans relâche les navires qui avaient le malheur de passer auprès d’elle, il s’agissait de Scylla.

Très souvent associée à Charybde, Scylla était le second malheur qui attendait les marins qui s’aventuraient dans les eaux du détroit de Messine, plus précisément au nord. Bien évidemment, s’ils avaient réussi à échapper au terrible tourbillon.

D’où l’expression “tomber de Charybde en Scylla” qui signifie en quelques sortes d’enchaîner les malheurs.

Scylla est alors connu pour être un monstre hideux située dans une caverne au nord du détroit de Messine. Proche de l’eau, elle guettait les bateaux qui passaient pour les attaquer.

Mais son histoire est bien triste, elle n’a pas toujours été si repoussante. Fille de Phorcys et Crateis, elle était autrefois une très belle nymphe, qui plus est, convoitée par une grande partie de la gente masculine, dont un certain Glaucos (ou Glaucus). Elle le repoussa, tout comme d’autres hommes. Mais celui-ci était si amoureux, qu’il eût l’idée de faire concocter un filtre d’amour par une sorcière. Il s’agissait de Circé, celle qui changea une partie de l’équipage d’Ulysse en animaux. Et Circé tomba amoureuse à son tour… De Glaucos. Ces histoires d’amours irréalisable devinrent rapidement un problème, enfin surtout l’une d’elles… Et Scylla paya le prix d’une jalousie incomprise.

Elle devint alors un monstre. La sorcière, jalouse de la belle nymphe, versa une potion à un endroit où Scylla avait l’habitude de se baigner et la métamorphose eut lieu. Elle garda sa beauté pour le haut de son corps, mais le bas se changea en quelque chose de difforme et horrible.

Elle comptait, pour le bas de son corps, une ceinture de six têtes de chiens surmontant douze moignons ou pieds, quelque chose d’assez effroyable en somme.

Au contraire, contrastant complètement avec ce bas de corps monstrueux, le haut était celui d’une magnifique jeune femme, tout ce qu’il lui restait de sa beauté perdue.

Et c’est là toute la tragédie de l’histoire de Scylla, jeune nymphe à la beauté éblouissante devenue le monstre hideux qui faillira à réduire à néant Ulysse et son équipage.

Chez certains, son apparence varie, on lui octroie aussi six long cous avec des têtes de chiens munis de trois rangées de dents. D’autres lui donnent une apparence plus délicate, avec un corps de femme se finissant par une double queue de dauphin.

Cette histoire vous intéresse ?

Découvrez Scylla, la nymphe et la beauté perdue, ma version de ce conte mythologique en une quarantaine de pages.

Sources

Métamorphoses, Ovide

l’Odyssée, Homère

Cosmovisions.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *