L’étrange créature de la forêt – Chapitre 5

Chapitres précédents de l’étrange créature de la forêt disponibles ici

Chacune de ces îles étaient uniques, l’étrange créature ailée et la petite biche allaient le découvrir rapidement. Comme sur la leur, un épais brouillard entourait la curieuse île. Elles le traversèrent sans mal et se posèrent délicatement sur le sol, différent de chez elles.

Là, le paysage était surprenant, dépaysant, bien loin de leur petite clairière au cœur de la forêt. L’endroit était plutôt désertique, aucun arbre n’était visible à l’horizon. La plaine de sable rouge où elles se trouvaient était entourée d’une chaîne de montagnes circulaire. Il leur était plus difficile de marcher, leurs pattes frêles s’enfonçaient dans le sable chaud. Curieuses de nature toutes les deux, elles se lancèrent malgré tout dans une exploration de cette île inconnue.

Elles marchèrent longtemps sans rien trouver quand elles aperçurent une grotte qui s’ engouffrait sous un gros rocher. La chaleur était harassante, peut-être pourraient-elles y trouver un peu de fraîcheur.

Une fois arrivées devant celle-ci, elles s’arrêtèrent net. En observant le sol, elles semblaient effrayées. A l’entrée de la caverne, quelques os, recouverts en partie par le sable, jonchaient le sol. Elles commencèrent à faire demi tour, mais soudain une chose énorme surgit de derrière la grotte.

Accompagnée de petits cliquetis, elle se posa au sommet de la petite caverne, observant les deux biches de ses 8 yeux globuleux. Cette énorme boule, d’où six pattes velues sortaient, se frottait les mandibules. Ce bruit, assez désagréable, irritait les oreilles des deux animaux bien petits face à cette créature. Elles tentèrent de cacher leurs oreilles entre leurs pattes, mais le bruit était toujours là.

etrange creature de la foret chapitre 5
To Somewhere by DelCarmen

Enfin, elle arrêta de gratter ses deux mandibules l’une contre l’autre, elles relevèrent alors la tête mais constatèrent que l’arachnide géante n’était plus au-dessus de la caverne. Elles entendirent à nouveau quelques cliquetis puis un bruit sourd. Le sol se mit ensuite à trembler, et à quelques mètres d’elles, le sable commençait à s’écouler, comme s’il était aspirer par le sol. Elles mirent peu de temps à comprendre et commencèrent à courir et direction de l’endroit d’où elles venaient, seule issue de cette île. 

Le sable continuait à disparaître dans un trou qui ne cessait de s’agrandir et subitement, l’affreuse araignée bondit du trou. Dans le même temps, le ciel se mit à s’assombrir…

Author: Reym

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.