Le renne perdu de Noël

Seul, il errait au cœur de la nuit. Mais il ne s’agissait pas de n’importe quelle nuit, non, il s’agissait de la nuit de Noël, la seule nuit de l’année où la magie opérait. Le petit renne était triste et il s’en voulait car il savait que sans lui le père noël ne pourrait pas livrer tous les cadeaux à temps. Oui, car même si la magie était omniprésente, les règles, pour qu’elle fonctionne correctement étaient claires. D’ailleurs, l’une d’elles disait : huit rennes devront tirer le traîneau du père noël, auquel cas, la livraison planétaire ne saurait être assurée dans sa globalité. 

Ce que cette règle voulait dire, il n’en savait rien. Peut être que le traîneau ne pourrait atteindre l’hyper-vitesse nécessaire pour déposer les cadeaux chez tous les enfants sages de la planète. Peut-être même qu’il ne pourrait pas du tout s’envoler dans les cieux… Ce serait tragique ! Le petit renne s’en voulait de s’être égaré. Il devait retrouver le père noël, mais par où commencer ? 

Il leva sa truffe vers le ciel,commença à humer, cherchant une trace dans l’air, un petit quelque chose qui pourrait le mener auprès du père noël. Pas le moindre indice, pas la moindre odeur, le petit renne baissa la tête. Il était encore tôt, où pouvait être le père noël à cette heure-là se demanda t-il. C’était quelque chose de bien mystérieux, car personne n’avait jamais réussi à savoir ce que le vieil homme faisait juste avant d’entamer sa nuit la plus chargée de l’année. Le petit renne leva la tête, il était déterminé, il trouverait.

Il remonta au village de noël, un endroit où seuls les rennes, lutins et autres associés du père noël pouvaient aller. Il commença par la taverne, mais à part des gâteaux secs et de nombreux verres de lait disséminés sur les tables, aucune trace du père noël. Il partît alors à l’atelier mais il n’y avait qu’une équipe de lutins qui emballait les derniers jouets. Il passa derrière la cabane qui servait d’atelier, pensant y trouver le traîneau, mais il n’y avait rien, même pas une trace de patte de renne, ni la moindre traînée lumineuse. Le traîneau devait se trouver à la piste de décollage, un endroit tenu secret. Mais justement, peut-être que le père noël s’y trouve se dit-il. Il y a quelque chose qui l’intriguait tout de même. Si le traîneau n’était plus là et que les lutins préparaient encore des cadeaux, comment ceux-ci allaient-ils être chargés dans la hotte du père noël ?

Il retourna à l’intérieur de l’atelier, les cadeaux défilaient sur un tapis roulant et tout au bout, ils disparaissaient derrière un rideau, et là il vit, lors du mouvement du rideau une petite étoile lumineuse s’évaporer dans l’air. Ni une ni deux, il n’hésita pas et fonça sur le tapis roulant. Il passa le rideau et tomba dans un trou tout noir pour finir par s’écraser sur un amas de paquets cadeaux. Il leva les yeux et découvrit une montagne de paquets avec juste au-dessus une lumière. Il se mit alors à escalader toutes ces boîtes et au moment où il sauta à travers le petit trou, le père noël le vît sortir de la hotte. Le petit renne, tout heureux de retrouver son maître, lui octroya une belle léchouille bien baveuse. Le vieil homme sourit et était bien content de retrouver son dernier renne. Ce dernier prît sa place à côté de ses frères et sœurs et quelques instants plus tard ils se mirent à galoper comme des chevaux et le traîneau s’envola à une vitesse extraordinaire dans les cieux.

Reym

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *