L’étrange créature de la forêt – chapitre 1

Tous les chapitres de L’étrange créature de la forêt sont disponible ici

Il était une fois, dans une petite forêt dense et verdoyante, une jeune biche pleine de vivacité et de curiosité. Souvent, sa maman lui recommandait de ne pas dépasser la lisière de la forêt. Alors, chaque fois qu’elle s’y trouvait, elle y restait immobile. Malgré tout, sa curiosité la démangeait fortement. Elle se posait alors là, juste devant la limite qu’elle n’avait pas le droit de franchir, tentant de deviner ce qu’il y avait plus loin. Mais là où les arbres feuillus et majestueux n’étaient plus, un épais brouillard entourait la forêt. Elle ne voyait rien, vraiment rien du tout. Elle repartit alors bredouille, en direction de leur grand habitat naturel, sa curiosité loin d’être assouvie. 

La nuit arrivait, elle se posa en boule au pied d’un arbre puis commença à fermer les yeux. Mais d’un coup elle leva la tête et regarda sa maman, élancée et dotée de quelques taches blanches, dont une, plus importante, sur le haut de l’une de ses pattes avant. Elle était là, debout et se trouvait tout près d’elle. Elle lui demanda ce qu’il y avait derrière cet épais brouillard. La mère lui répondit qu’elle ne pouvait lui dire, qu’elle le découvrirait lorsqu’elle serait prête. Le petit animal baissa la tête, se laissant porter lentement dans ses songes. 

rest – doe by kelogsloops

Le lendemain, elle se leva en sursaut et courut à la lisière de la forêt. Il était tôt, peut être qu’à cette heure-là le brouillard ne serait pas encore levé se disait elle. Elle courait vite, faisait des bonds puis progressivement, elle se mit à ralentir, elle approchait du bout de la forêt. Elle prit une grande respiration, ferma les yeux et fit quelques pas. Elle essaya d’imaginer ce qu’il pouvait y avoir derrière ce brouillard, d’immenses cascades dans une prairie verdoyante ? Elle pensait à cela parce qu’un petit cours d’eau s’écoulait entre ses pattes et disparaissait derrière le brouillard. Soudain, elle ouvrit les yeux mais ce qu’elle vit la désola. Le mur de fumée impénétrable se trouvait encore là, juste devant ses yeux. Elle se retourna et reprit le chemin de leur petite prairie, la mine basse et les pattes traînantes.

Author: Reym

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.